• en
  • fr
  • pt-br
  • es

Water use in California: the inside story

par | Mar 28, 2019 | Non classifié(e) |

Walter K. Thut, le co-fondateur suisse de Aqua-4D, est maintenant basé en Californie. Lors d’une visite récente à Gemperle Family Farms à Turlock, il a voulu en savoir plus sur l’utilisation de l’eau dans l’industrie des amandes, au-delà des grandes lignes. Il en a parlé avec bien d’autres sujets à Richard Gemperle :

Pourriez-vous d’abord nous donner un aperçu de vos habitudes en matière d’irrigation ?

Richard Gemperle : J’essaie de rester juste au-dessus de la courbe de la demande et de conserver un équilibre hydrique. Toutes nos décisions en matière d’irrigation reposent sur la surveillance de l’humidité du sol et notre budget d’eau en temps réel. Pendant la saison d’irrigation, en moyenne, tous les 4 ou 5 jours, nous procédions à une irrigation de 24 heures. Chaque personne a sa propre philosophie, mais j’aime bien voir le sol mouillé, mais pas le tronc, car cela pourrait avoir un effet néfaste sur l’écorce.

Lorsque les arbres sont à maturité, nous irriguons tous les quatre jours, durant l’été lorsqu’il fait chaud. Cela correspond essentiellement à la demande des arbres. Nous avons investi dans des systèmes de micro-asperseurs très efficaces. Cela permet une utilisation efficace de l’eau ainsi qu’une protection contre le gel pendant la période de floraison.

Parlez-nous un peu des effets de la géographie et du climat sur votre utilisation de l’eau.

Richard : Lorsque vous surveillez l’utilisation de l’eau, les précipitations annuelles ici sont d’environ 36 centimètres. Ces arbres ont besoin d’environ 92 centimètres par an si vous utilisez votre eau de manière efficace, peut-être 100 centimètres lors d’une année chaude. Nous avons la chance de disposer d’un approvisionnement en eau de surface très fiable et bon marché : les réserves fournies par les neiges de la Sierra. En période de sécheresse, nous devons compter sur une utilisation conjointe car nous obtenons toujours une réduction des allocations d’eau de surface de la part des districts. Nous devons donc pomper les eaux souterraines pour les compléter.

Pendant les périodes de sécheresse, nous entrons dans un système d’irrigation déficitaire, où nous essayons de consommer le moins d’eau possible.

Alors, comment les années de sécheresse ont-elles affecté les cultures d’amandiers ?

Richard : Eh bien, pour vous donner un exemple, pendant la sécheresse, il y avait bien sûr des agriculteurs avec un manque d’eau significatif. Ils devaient faire pousser ces arbres avec une allocation d’eau d’environ 20 % (normalement, il faut 100 centimètres). Là, ils n’avaient que 20 centimètres avec lesquels travailler toute l’année. Et bien sûr, la première année, ils ont eu un rendement minimal et les arbres ont été rabougris. Il n’y a pas eu de nouvelle croissance. Cela a duré deux ans mais même après la sécheresse, les effets se sont poursuivis, avec des rendements réduits pendant plusieurs années.

Gemperle & Aqua-4D’s CTO at the orchard, March 2019

La Collectivité des amandes de Californie s’est fixée pour objectif d’économiser environ 25 % d’eau. Dans quelle mesure pensez-vous que cela est réaliste ?

Richard : L’objectif est à la fois de réduire l’utilisation d’eau et de passer à des systèmes extrêmement efficaces. Je pense que c’est très réalisable. Par exemple, lorsque nous réaménageons de nouveaux vergers et passons de l’irrigation par inondation à des goutteurs ou à un égouttement à deux lignes, nous réduisons facilement notre eau de 25 %. Si vous avez déjà installé des systèmes d’irrigation à haute efficacité et que vous disposez d’une surveillance de pointe, il devient plus difficile de réduire la consommation d’eau.

 

Que dites-vous des rapports courants sur l’utilisation importante de l’eau par l’industrie des amandes en Californie ?

Richard : Il existe une fonction de l’eau pour chaque produit que vous cultivez, qu’il s’agisse du blé, des olives, des amandes, peu importe. Et les amandes sont à peu près au centre de cela. Ils ont quantifié l’utilisation de l’eau pour pratiquement toutes les denrées : 500 g. de cerises, 30 g. d’amande et la valeur nutritive qui en découle. Lorsque vous comparez différentes sources de protéines, les amandes nécessitent 87 litres, les pois nécessitent 170 litres et le bœuf nécessite 401 litres. En Californie, les amandes représentent 12 % des terres agricoles irriguées, mais l’utilisation de l’eau ne représente en réalité que 8 % de l’utilisation agricole totale, ce qui indique que nous utilisons un peu moins d’eau que la moyenne. Ma conclusion est que les amandes sont en fait une conversion très efficace de l’eau en valeur alimentaire.

En outre, on pourrait dire qu’en raison du captage et de l’évapotranspiration du carbone que ces arbres offrent, vous êtes d’une certaine manière positif en CO2, non ?

Richard : Eh bien oui, ils ont réalisé des études sur l’empreinte carbone des vergers d’amandiers et, en un sens, elles sont globalement positives.

Etes-vous d’accord pour dire que la consommation d’eau en Californie est essentiellement politique et que la discussion est quelque peu faussée ?

Richard : Je pense qu’il y a une bataille philosophique entre l’agriculture et les préoccupations environnementales. Je me considère comme un environnementaliste, en fait. Nous essayons d’être les meilleurs intendants possibles pour les terres que nous exploitons. Après tout, l’objectif est de transmettre une exploitation durable à la prochaine génération. Mon seul souci est que les décisions prises en matière d’eau au nom d’objectifs environnementaux ne sont pas toujours fondées sur des données scientifiques. La vraie bataille de l’eau est entre les utilisations finales concurrentes de l’eau. L’eau défie les lois fondamentales de la physique : elle ne descend pas sous l’effet de la gravité, elle coule vers l’argent. L.A.  a beaucoup d’argent, il y a beaucoup d’eau qui va à LA. Vous menez actuellement des essais avec le système Aqua-4D

Vous menez actuellement des essais avec le système Aqua-4D sur deux parcelles. En tant que système qui améliore l’efficacité de l’eau, qu’est-ce qui vous a attiré à utiliser Aqua-4D ?

Richard : Premièrement, il y a une grande variabilité dans le coût de l’eau dans la vallée centrale ; dans certains endroits, elle est très chère et il est difficile d’en avoir suffisamment. Vous devez faire tout ce qui est en votre pouvoir pour avoir un système le plus efficace possible et améliorer l’efficacité de votre irrigation. Si Aqua-4D peut contribuer à cela, c’est un argument de vente important. Nous avons la chance d’avoir de l’eau assez bon marché, mais nous l’utilisons tout de même de façon très efficace. Donc, de mon point de vue, je regarde simplement la réaction des arbres pour voir si cela a une incidence sur les rendements. Nous avons actuellement deux études en cours et nous verrons ce qu’elles donnent comme résultats. Il faudra quelques années pour voir les différences de rendement mais nous commencerons à voir les différences dès le début de la croissance de l’arbre.

Richard Gemperle, merci!

Pour en savoir plus sur l’utilisation de la technologie Aqua-4D pour les économies d’eau dans les cultures d’amandes, voir ici

——————–

About Gemperle Family Farms:

https://www.farmprogress.com/tree-nuts/gemperle-farms-sees-multiple-benefits-cover-crops-almonds

Facebook: https://www.facebook.com/GemperleFamilyFarms

YouTube Channel:

 

“When you look at the “big picture” of agricultural water use in California, almonds comprise 12% of irrigated agricultural land, but the water use is actually only 8% of the total agricultural water use, which would indicate that we’re a slightly lower water user than average.”

Aqua4D résout les problèmes de bouchage et économise l’eau dans une serre florale française

      Morel Diffusion est un producteur de graines de cyclamen, connu dans le monde entier pour ses variétés colorées. Basé à Fréjus, dans le sud-est de la France, leur site s'étend sur 3 ha de serres verre et 5000m2 de tunnels dédiés à la R&D. Depuis de nombreuses...

Sénégal : Lutte à long terme contre les nématodes sans produits chimiques

      Pays : Sénégal   |   Culture: Haricots verts Après une perte de rendement persistante due aux nématodes et une volonté de passer à une agriculture plus durable, ces producteurs sénégalais se sont tournés vers le système Aqua-4D après avoir constaté ses succès...

Superbes économies d’eau dans le sud de l’Espagne – résultats

Une grande partie du travail d’Aqua-4D repose sur son équipe d’experts qui visite en permanence les sites des clients et se consultent pour optimiser l’irrigation afin de tirer le meilleur parti de la technologie. En octobre 2018, Hugo Gaignebet, ingénieur technique...

Les producteurs d’avocat chiliens innovent pour plus d’efficacité de l’eau

    Aujourd'hui, dix fois plus connu que dans les années 1980, l'avocat a été victime de son succès. Sa notoriété (en particulier chez les jeunes nés dans les années 2000) a attiré l'attention sur sa supposée empreinte eau au Chili, souvent dans des reportages qui...

Alberto Femenia sur les économies d’eau et le contrôle des nématodes en Argentine

    Alberto Femenia est assis devant nous avec un sourire tranquille, vêtu d'un sobre costume. C’est un véritable vétéran de l’agroalimentaire, qui dirige Casa Femenia depuis près d’un demi-siècle. C’est une entreprise familiale dans tous les sens du terme. Elle...

0 commentaires